Articles

La question kurde, un mouvement national et trans-étatique

Afin d’essayer de comprendre ensemble pourquoi la population kurde - plus grande Nation au monde sans État - dispersée au sein de plusieurs empires puis États contemporains n’est toujours pas libre, nous avons eu le plaisir d’interviewer un des plus grands spécialistes de la question. Hamit Bozarslan, docteur en histoire et en sciences politiques, directeur d’études à l’EHSS (École des hautes études en sciences sociales), ses thèmes de recherches sont divers, Histoire de la Turquie contemporaine, question kurde, minorités du Moyen-Orient, sociologie de la violence dans cette région. Il s’agit d’une des questions les plus complexes du Proche-Orient, car les kurdes sont présents dans les quatre États que sont la Syrie, l’Irak, la Turquie et l’Iran or chacun de ces États rejettent à des degrés divers l’aspiration des kurdes à l’indépendance voire même à l’autonomie. Au total, entre 30 et 40 millions d’hommes et de femmes sont concernés par la question kurde qui évidemment concerne toute la région.


Actualités

Activisme, engagement et courage sont féminins

Si des recherches foisonnantes ont été menées au cours des trente dernières années sur l’histoire du féminisme et ses manifestations diverses, nous constatons à présent et depuis les années 2000, une redynamisation du militantisme féministe avec l’avènement d’une nouvelle génération d’une très grande hétérogénéité, tant au niveau des discours, des répertoires d’action que des identités. Nous assistons ainsi à un renouveau de la culture de la contestation, se traduisant notamment par une internationalisation des stratégies de l’activisme des femmes et par la consolidation de réseaux de solidarités féministes alternatifs, comme en témoignent les manifestations iraniennes. Ce bouillonnement militant nous conduit aujourd’hui à une mise à l’honneur de l’activisme féministe à travers le prisme de quatre femmes kurdes.


Élodie Vieira

19 janvier 2023

CFRI Analyses

Î